photographie de crayons de couleurs en gros plan

La profession


La profession est encore émergeante. Depuis quelques années, elle connait une sorte de vogue. A ce jour, les formations sont fortes de différentes approches, les parcours du master et du doctorat sont encore jeunes, le titre n’est pas protégé.

L’art-thérapie demeure le lieu de réflexions éthiques, théoriques et pratiques. Des professionnels, des chercheurs et des organismes veillent à faire avancer, clarifier et veiller sur le métier. Cet effort de définition (recherche, applications, évolutions, cadre légal, enseignement, éthique, déontologie, etc.), va dans la direction d’une reconnaissance de la discipline. Il sert également à la protection et à la préservation de tous les partis : patients, institutions, praticiens, et l’esprit même de la profession : celui d’un soin au service de la personne.

De même qu’il n’existe pas « un » art-thérapeute, mais des praticiens en art-thérapie, il n’existe pas « une » art-thérapie, mais des arts thérapies : arts plastiques-thérapie, musico- thérapie, drama-thérapie, danse-thérapie… Les praticiens peuvent travailler en tant que libéraux, intervenenants, ou salariés au sein des équipes paramédicales. Ils exercent dans différents champs, comme celui du développement personnel, du soin psychique, du handicap, de l’insertion, de l’interculturel, de l’éducatif, du milieu carcéral, des soins de support, de l’entreprise.